ALLER CHERCHER PATRIK LAINE COCHERAIT TOUTES LES CASES DU FORMULAIRE DE KENT HUGHES

La plupart des insiders le répètent depuis quelques semaines déjà : la priorité du Canadien cet été, c’est de trouver du talent ET du muscle à l’attaque. Brian Wilde l’a dit sur les ondes TSNDavid Pagnotta l’a écrit sur The 4th Period

Darren Dreger, Frank Seravalli, Elliotte Friedman : ils ont tous mentionné à au moins une occasion récemment que le CH se cherchait du talent offensif présentement et qu’il était prêt à bouger pour y arriver. On est à l’aube de tourner le coin de cette première phase de reconstruction à Montréal…

Pagnotta est allé jusqu’à mentionner que ce n’était pas au centre que Kent Hughes se magasinait du renfort actuellement, alors que Wilde a confié ce qui était au sommet de la liste d’épicerie du DG montréalais, c’était un ailier pour complémenter Kirby Dach.

Hier, Pierre LeBrun a évoqué la possibilité de voir le Canadien offrir un contrat à court terme (deux ou trois ans) à un salaire plus élevé que le marché à des joueurs autonomes sans restriction. Bref, ce que ça veut dire, c’est que le CH serait actuellement prêt à payer plus cher (en dollars) que la valeur d’un bon joueur possédant une certaine expérience sur le marché… si n’est que pour deux ou trois saisons.

Et en Ohio, on essaierait d’accommoder Patrik Laine, qui aurait demandé aux Blue Jackets de l’échanger. Rappel : c’est généralement en juin que ces grosses transactions-là se font dans la nouvelle LNH…

Je ne sais pas vous, mais moi, j’aime ça connecter les dots. Et ce matin, ce que ça me dit, c’est qu’acquérir Patrik Laine (à bon prix) correspondrait exactement à ce que le CH tente de faire présentement. Ça cocherait toutes les cases, comme dirait l’autre.

Laine est un ailier (droitier, qui préfère jouer à gauche) de 26 ans, 6’5 et 215 livres. Il a été choisi au deuxième rang overall en 2016.

Il sait comment marquer des buts, ce qui fait défaut actuellement chez le CH, et il a récolté environ un point par match lors de cinq des huit saisons qu’il a disputées dans la LNH.

Mais puisqu’il n’a pas joué plus de 56 matchs durant la même saison depuis la COVID, qu’il n’a pas produit offensivement l’an dernier, qu’il a la réputation de ne pas défendre (et de ne pas toujours tout donner sur la patinoire) et qu’il reviendra d’un séjour dans le programme d’aide de la LNH, il ne coûtera pas les yeux de la tête (en assets) à acquérir.

Laine touchera un salaire annuel moyen de 8,7 millions $ (salaire réel de 9,1 millions $) lors des deux prochaines campagnes, avant d’être admissible à l’autonomie complète. Et les rumeurs sur son attitude douteuse à Winnipeg se sont finalement avérées être pas mal plus en lien avec le comportement de certains vétérans qu’avec Laine lui-même…

Probablement qu’un jeune défenseur de profondeur et/ou un choix (pas de première ronde) pourraient suffire à le sortir de Columbus, si on n’exige pas aux Blue Jackets de retenir du salaire.

Donner peu (en assets) pour mettre la main sur Laine, c’est presque comme offrir un contrat de deux ans un peu trop cher à un joueur autonome au fort potentiel offensif, non ?

Sans oublier qu’on a toujours aimé ça, à Montréal, les histoires de rédemption…

Quelques problèmes en vue ?

Deux obstacles pourraient toutefois se dresser sur le chemin du Canadien dans le dossier Laine.

1. L’attaquant finlandais possède une clause de non-échange sur laquelle il inscrit annuellement le nom de 10 équipes auxquelles il ne souhaite pas être échangé. On ne sait pas si le Canadien y figure, mais rappelons que plusieurs joueurs ne souhaitent tout simplement plus jouer au Canada (mais que la Ville de Montréal l’organisation du CH a toutefois une bonne réputation aux quatre coins de la LNH).

Rappel : Laine a évolué au Manitoba pendant plusieurs années, avant de quitter vers le sud de la frontière.

2. Le nouveau DG des Blue Jackets, il s’appelle Don Waddell… et c’est avec lui que le Canadien a dû dealer lors des offres hostiles soumises à Sebastian Aho et Jesperi Kotkaniemi.

Ceci étant dit, je suis pas mal certain que le conflit oppose surtout l’organisation du CH au proprio des Hurricanes (Tom Dundon), et non leur ancien DG… qui aurait l’air très peu professionnel s’il disait à sa nouvelle organisation : « moi, je ne transige pas avec le Canadien de Montréal à cause de ce qu’ils ont fait à mon ancienne organisation. »

C’est pas mal plus avec Martin Necas que ces vieilles offres hostiles-là pourraient faire tomber une éventuelle transaction qu’avec Patrik Laine. D’autant plus que si les Blue Jackets ont dit à l’agent de Laine qu’ils allaient tenter de lui trouver une nouvelle équipe, dire non au Canadien pour une aussi mauvaise raison, ça ferait des frictions avec un agent reconnu (et son agence au complet).

Imaginez un instant la formation suivante sur les deux premiers trios montréalais :

Slafkovsky – Suzuki – Caufield

Laine – Dach – Anderson/Newhook/Armia

Armia, je l’ai mis là parce qu’il est Finlandais et qu’il pourrait connecter avec Laine…

Et dans un an, on pourrait avoir Cayden Lindstrom, Tij Iginla ou Ivan Demidov pour venir compléter le deuxième trio. On commencerait à parler, non ?

En rafale

– J’ai vraiment ri. Prenez quelques minutes pour lire ce texte.

– Bon visionnement.

– Les Maple Leafs doivent s’inspirer des Panthers.

– Vous aimez ou pas?

2024-06-13T15:04:16Z dg43tfdfdgfd